Hôtel de Grille

Commune de Arles -> Patrimoine et architecture de Arles

A la limite des quartiers de la Cavalerie et de la Cité, l’hôtel de Grille est l’un des plus beaux de la ville.

On le doit à une famille d’origine génoise, enrichie par le commerce et particulièrement entreprenante.

Nombre de ses membres ont souvent occupé les plus hautes fonctions du pouvoir local ou régional.

Construit à la fin du XVIIe siècle, il est l’un des plus représentatifs de la grande architecture classique de style Louis XIV.

A cette époque, les familles nobles arlésiennes ont considérablement agrandi leurs domaines fonciers, grâce à la vente des biens communaux par la Ville, très endettée.

Ils construisent donc, ou reconstruisent, leurs somptueuses demeures. La façade sud de l’édifice, la plus visible, date du siècle suivant.

L’hôtel de Grille a fait l’objet, il y a quelques années, d’une restauration particulièrement réussie, ce qui ancre encore plus sa prestance dans le tissu urbain du quartier.

L’origine du nom vient d’une famille de riches commerçants génois, les Grillo, installée à Arles depuis le XVe siècle.

La famille, anoblie, abandonna progressivement le négoce et s’attacha à être très présente dans la vie locale.

La branche aînée de la lignée, surtout, donna de nombreux consuls et viguiers (magistrats) et sept chevaliers de Malte. L’un des descendants, marquis d’Estoublon, fut maire d’Arles de 1808 à 1813.

Il existait déjà un hôtel de Grille dans le quartier du Méjan, qui abrita la Banque de France au XXe siècle.

Mais c’est en 1689 que l’implantation dans le quartier de la Cavalerie va devenir la "grande maison" de la branche aînée de la famille.

C’est à François de Grille d’Estoublon que l’on doit l’édification de l’hôtel en 1691.

L’hôtel fut vendu vers 1920 avec, à l’origine, l’intention de le transformer en hôtel du réseau ferroviaire Paris-Lyon-Marseille. Ce projet fut abandonné.

L’édifice a retrouvé aujourd’hui sa fonction initiale de lieu d’habitation.

Voir la fiche détaillée sur le site Patrimoine de la ville.


Description architecturale

La façade principale de l’édifice, à l’est, souffre de l’étroitesse de la rue pour que se révèle pleinement son caractère monumental. Le bâtiment possède trois niveaux, dont le morceau de bravoure est le décor du corps central. Au-dessus d’une belle porte classique, la fenêtre située au milieu de l’étage noble est encadrée par deux doubles colonnes. Celles-ci supportent une forte corniche à modillons (petites consoles en double volute) qui sépare les deux premiers niveaux. Au dernier étage, toujours dans la partie centrale, des pilastres soutiennent un élégant fronton. Ce décor est très inspiré de l’architecture versaillaise, de l’hôtel de ville récemment construit. Du côté sud, la façade, la terrasse et les salons qui la bordent datent du XVIIIe siècle. L’intérieur possède encore son grand escalier de la fin du XVIIe siècle. Le toit est bordé d’une balustrade et de pots-à-feu.

Propriété : Privée
Catégorie de l’architecture : Architecture privée
Type d’architecture : Architecture domestique
Appartenance : Monument historique inscrit
Datation : XVIIe siècle
Communauté de communes : ACCM
Epoque : Moderne
Style architectural : Classique
Édifice : Hôtel particulier
Thèmes : Habitation

Identifiant : PA00081146