Obélisque

Commune de Arles -> Patrimoine et architecture de Arles

La grande aiguille de pierre, sorte de pivot de la place de la République, provient en fait du cirque romain et date de la fin de l’Antiquité.

Découvert au XIVe siècle, ce n’est qu’au XVIIe siècle, que l’obélisque renoue avec sa vocation de symbole solaire.

Il fut transporté et installé, avec force difficultés, devant l’hôtel de ville nouvellement édifié. Agrémenté d’une fontaine et d’un bassin, il donne la mesure de l’harmonie composée par l’ordonnance des façades aux styles si divers, qui bordent la place.

C’est aussi le meilleur point de vue pour embraser du regard, en un vaste panoramique, le site de la place de la République.

- Fiche détaillée sur le site Patrimoine de la ville d’Arles.
- Visite virtuelle sur le site de l’office de tourisme d’Arles.


Description architecturale

Symbole solaire et impérial dans l’Antiquité, élément décoratif, l’obélisque avait également une fonction pratique de repère au cœur du cirque romain, à l’intention des auriges (conducteurs de chars). On sait aujourd’hui que l’édifice a été taillé dans le granit d’une carrière romaine d’Asie mineure. De conception monolithique (il fut brisé en deux à la fin de l’Antiquité), il mesure, avec le piédestal conçu par l’architecte arlésien Jacques Peytret, une vingtaine de mètres. Fassin et Lieutaud (1909) apportent les précisions suivantes : 15m26 de hauteur, 1m70 de large à la base, et 4m55 de haut pour le piédestal. La pointe était coiffée d’un globe de bronze parsemé de fleurs de lys, surmonté d’un soleil doré.

Propriété : Communale
Thèmes : Religion
Catégorie de l’architecture : Architecture religieuse, funéraire et commémorative
Appartenance : Monument historique classé
Datation : IVe siècle
Communauté de communes : ACCM
Epoque : Antiquité
Type d’architecture : Architecture funéraire, commémorative ou votive
Édifice : Edicule votif

Identifiant : PA00081180