Château Royal de Provence

Commune de Tarascon -> Patrimoine et architecture de Tarascon

La forteresse que nous voyons aujourd’hui a été édifiée à partir de 1400 par Louis II d’Anjou. Elle fut transformée en un somptueux palais Renaissance sous l’impulsion de son fils, le Roi René.

C’est le fils et successeur de Louis 1er d’Anjou qui réédifie sous sa forme actuelle le château de Tarascon laissé en ruines par les trébuchets de Du Guesclin et les assauts de Raymond de Turenne. En septembre 1400, Louis II s’arrête quelques jours à Tarascon. Revenu en octobre, il fait dégager et aplanir l’emplacement de la vieille forteresse.

En novembre, les maçons à l’œuvre commencent les travaux d’un nouvel édifice qui tient autant du palais que de la forteresse. La pierre choisie est "la grisette" de Beaucaire, calcaire coquiller très dur, employée presque exclusivement sauf en quelques parties au 2ème étage où elle a été remplacée par la pierre de Fontvieille, de consistance plus friable.

La construction est si activement poussée qu’à la fin de 1403, Louis II peut accueillir à Tarascon le pape avignonnais qu’il vient de reconnaître. La dépense totale s’élève en 1406 à 33 388 florins, 3 gros et 23 deniers. Très avancé, le château n’est cependant pas terminé. Sa construction est suspendue par le départ de Louis II pour l’Italie. De 1428 à la mort de Louis II (1435), les travaux de reconstruction sont activement poussés. Le château se transforme en un somptueux palais renaissance sous l’impulsion de son fils, le roi René. Au cours de son 1er long séjour à Tarascon de 1447 à 1449, le roi René fait exécuter d’importantes améliorations qui portent le château à son état actuel, c’est de cette époque que datent les ornementations de la cour d’honneur : loggia, niche statues, porches, décoration d’arcade, salle dite "des chantres". Le roi donne des fêtes éblouissantes et la première année, il offre une réception somptueuse à son neveu, le futur roi Louis XI. L’année 1449, apogée du règne de René d’Anjou, marque aussi l’arrêt définitif de la reconstruction du château. Tel que nous le voyons aujourd’hui, tel il apparaissait à l’époque. Par la suite, le roi fît procéder à des embellissements limités et intérieurs : peintures et ameublement.


Description architecturale

En 1449, le château mesure 130 mètres de long sur 36 de large et s’appuie sur un rocher taillé à pic qui prolonge jusqu’au fond des douves la forme des tours et des murs. Il se divise en 2 parties de surface à peu près égale : au Nord, où se trouve actuellement l’accueil, étaient situés les communs, les salles pour les hommes d’armes et une cour bien ensoleillée qu’enferme une courtine aux tours carrées. Le "trésor" de l’apothicairerie de l’hôpital St Nicolas y est présenté : un ensemble remarquable de faïences du XVIII° dans des boiseries de la même époque.. Au Sud, se dresse la masse cubique du château qui s’élève à 45 mètres au dessus du Rhône. Ces deux parties de même niveau, sont séparées par un vaste intervalle qu’enjambait autrefois un pont-levis. La résidence princière s’organise autour de la cour d’honneur nettement marquée par la Renaissance. Les façades sont rythmées par de larges fenêtres à croisées qui augmentent la luminosité et l’agrément des pièces. La tourelle d’un escalier à vis, ajourée sur toute sa hauteur, s’élance jusqu’à la terrasse sommitale d’où l’on peut admirer un magnifique panorama. La décoration sculptée de l’église, représentative du gothique flamboyant, révèle ses influences italiennes. Quatre tours liées par des corps de bâtiment larges de 10 mètres, percés d’oculi, ponctuent les angles extérieurs de l’édifice. La tour ronde de l’Horloge (nord-est) comprend 4 salles superposées auxquelles on accède par un escalier à vis. C’est la tour la plus massive de l’édifice (3.50 m à l’ébrasement des fenêtres, 6 m aux fondations). La salle basse, hexagonale, offre de curieux dessins de galères et de vaisseaux gravés dans la pierre. La 2ème tour dite "des chapelles" (sud-est) n’est ronde qu’à l’extérieur, elle renferme 2 chapelles : la plus basse, à deux travées, possède une abside à huit branches qui remonte au XIVème siècle. Son portail à profondes voussures, était orné de statues. La chapelle haute, à deux travées, est éclairée par une magnifique fenêtre ogivale. On y remarque une abside à 6 branches et deux petits oratoires. Quatre escaliers ne comprenant pas moins de 136 marches mènent au gigantesque belvédère que constitue la terrasse d’où la vue s’étend du Ventoux à la mer. La 3ème tour, dite du Rhône, est carrée et située au sud-ouest, elle renferme une salle aux magnifiques culots. La 4ème tour, carrée aussi, occupe l’angle du nord-ouest. Elle porte le nom de "l’Artillerie", en raison de son rôle et s’élève à 1.20 m au dessus de la terrasse. Une 5ème tour, dite du "Donjon", située entre les tours de l’Horloge et de l’Artillerie, semble appartenir à une construction antérieure : on y passe d’un étage à l’autre uniquement par des trappes. Les trente trois appartements renferment des beautés et des particularités qui retiennent facilement le regard des visiteurs. Une niche Renaissance attribuée à Laurana, abrite les bustes du Roi René et de sa deuxième épouse, Jeanne de Laval. Cette niche porte une inscription latine dont voici la traduction : "Ces augustes personnages, célèbres par les lys de France et la croix, travaillent sans cesse à se frayer un chemin vers le ciel". Dans l’aile Ouest, les plafonds à caissons de la salle des festins et du salon du Roi, se couvrent d’un riche décor pictural. Au dernier étage, la salle d’audience est voûtée d’ogives pour soutenir la terrasse. Une série de tapisseries flamandes du XVIII° siècle illustrant l’histoire de Scipion l’Africain est exposée dans ces salles. L’aile est abrite les appartements de la Reine. Tout témoigne, dans ce château, de la magnificence et du raffinement du prince angevin. Acquis par l’Etat en 1932, ce château est classé monument historique depuis 1840.

Propriété : Communale
Appartenance : Monument historique classé
Type d’architecture : Architecture domestique
Catégorie de l’architecture : Architecture militaire
Type d’architecture : Architecture fortifiée
Datation : XVe siècle
Communauté de communes : ACCM
Epoque : Renaissance
Édifice : Château
Style architectural : Renaissance
Style architectural : Gothique flamboyant
Gestion : slider

Identifiant : PA00081473