Tour de l’Ecorchoir

Commune de Arles -> Patrimoine et architecture de Arles

Édifiée à l’époque du reflux sécuritaire succédant à l’essor médiéval, la tour de l’Ecorchoir aura connu quelque quatre siècles de menaces et d’affrontements sporadiques.

Elle borne au sud-ouest le Vieux-Bourg (aujourd’hui quartier de la Roquette) et demeure un des derniers vestiges du rempart médiéval des bords du Rhône.

Après de nombreuses appellations, celle en usage aujourd’hui ne tient pourtant pas à son histoire militaire, mais à une affectation plus récente aux abattoirs de la ville.

Isolée du rempart disparu, et récemment restaurée, la tour témoigne encore aujourd’hui d’une époque où un fleuve était aussi vecteur de menées guerrières.

Fiche détaillée sur le site Patrimoine de la ville d’Arles.


Description architecturale

Construite en pierre, à proximité du Rhône, et encore en partie crénelée, la tour de l’Ecorchoir est haute de seize mètres. Elle est pourvue d’un escalier intérieur qui permettait de rejoindre le chemin de ronde du rempart Elle pouvait contenir quelques dizaines de soldats. Plate-forme d’artillerie et tour de guet, elle participa à bien des combats jusqu’au XVIIIe siècle. En 1758, à la demande des bateliers, on fit établir une bigue (poteau pour porter des signaux) afin de signaler l’arrivée des barques et allèges. L’édifice renouait ainsi avec sa vocation initiale de surveillance du fleuve.

Propriété : Communale
Appartenance : Monument historique classé
Catégorie de l’architecture : Architecture militaire
Édifice : Tour
Epoque : Moyen-Age
Type d’architecture : Architecture fortifiée
Thèmes : Défensif
Datation : XIVe siècle
Communauté de communes : ACCM

Identifiant : PA00081192