Hôtel de Porcelet - Musée Yves Brayer

Commune de Les Baux-de-Provence -> Patrimoine et architecture de Les Baux-de-Provence

Cette demeure du XVIe siècle présente une façade originale et d’élégantes fenêtres à meneaux finement sculptées. L’Hôtel de Porcelet était la résidence de l’une des plus illustres familles d’Arles.

Le bâtiment fut une école jusqu’en 1979. Il fut restauré entre 1991 et 1997. L’Hôtel est devenu, depuis 1991, le Musée Yves Brayer.

Le Musée, ouvert en 1991, présente une rétrospective de l’œuvre d’Yves Brayer (1907-1990). Elle constitue un ensemble exceptionnel, de par la qualité et la rareté de la centaine d’œuvres couvrant près de soixante années de création.

Yves Brayer fut l’un des plus importants peintres français contemporains, car il a su apporter sa vision personnelle associée à un métier large, bien que fidèle à la tradition figurative. Son œuvre s’avère très diverse car, outre ses paysages, il est aussi l’auteur de tableaux de composition, de figures et de natures mortes.  A partir de 1945, Il prend l’habitude, chaque année, de séjourner à Saint-Rémy et aux Baux jusqu’en 1961 où il fait l’acquisition d’une maison dans le village baussenc.

Peintre complet, il est aussi l’auteur de vastes compositions et natures mortes qu’il expose au Salon d’Automne dont il devient le Président dans les années 1980. De ses voyages au Mexique, en Egypte, en Iran, en Grèce, en Russie, aux Etats-Unis, au Japon, s’emparant vite de la lumière et des rythmes d’un pays, il rapporte de nombreuses aquarelles.

Yves Brayer meurt en 1990, et repose, dans le cimetière en haut du village, proche de son ami Louis Jou.


Description architecturale

Cette belle demeure du XVIème siècle présente une façade originale et d’élégantes fenêtres à meneaux finement sculptées. L’Hôtel de Porcelet a été la résidence de l’une des plus illustres familles d’Arles, dont une rue porte encore le nom. Le décor intérieur conserve au rez-de-chaussée, une salle voûtée décorée de peintures du XVIIème siècle représentant les Quatre Saisons et les allégories des Quatre Vertus Cardinales. Au premier étage, une salle a gardé son plafond à la française décoré de motifs floraux aux couleurs chatoyantes. Sur la cheminée dans un médaillon, une fresque figure une scène mythologique : la chute de Phaëton foudroyé par Zeus. Le bâtiment fut une école jusqu’en 1979. Il fut restauré entre 1991 et 1997.

Communauté de communes : CCVBA
Propriété : Communale
Appartenance : Monument historique classé
Catégorie de l’architecture : Architecture privée
Type d’architecture : Architecture domestique
Datation : XVIe siècle
Epoque : Renaissance
Édifice : Hôtel particulier
Thèmes : Habitation
Style architectural : Renaissance
Édifice : Musée

Identifiant : PA00081213